lemonde.fr

Aicha Bah Diallo : « L’objectif est de développer les pays. Dans le contexte actuel, il est impossible de le faire sans le renforcement du secteur privé, sans favoriser l’entreprenariat des jeunes. »


« L’objectif est de développer les pays. Dans le contexte actuel, il est impossible de le faire sans le renforcement du secteur privé, sans favoriser l’entreprenariat des jeunes », insiste Aicha Bah Diallo dans une interview accordée au Monde.fr. Cette ancienne ministre de l’éducation, native de Guinée, a occupé d’importantes fonctions à l’Unesco avant de fonder  le Forum des éducatrices africaines (FAWE) et d’occuper le poste de Trésorière au sein du Conseil international d’Aide et Action International.

Elle participait début mai à la conférence de l’Initiative mondiale pour l’Afrique et le Moyen-Orient organisée par la fondation Clinton à Marrakech au Maroc. L’occasion pour elle de rappeler que « l’éducation devait être la priorité des priorités pour les dirigeants et tous les acteurs de la société civile en Afrique subsaharienne ». « Un jeune qui ne trouve pas une activité génératrice de revenus après sa formation, c’est un échec et cela représente une menace pour l’équilibre et la stabilité d’une société. »

« Nous avons passé notre temps à former des chômeurs. Ce qu’il faudrait, c’est que les universités adaptent leurs programmes de formation aux nécessités du secteur privé, que les deux travaillent mieux ensemble. » insiste Aisha Bah Diallo avant de rappeler le rôle essentiel de la société civile. « Il est déterminant pour faire pression sur les responsables politiques afin qu’ils n’abandonnent pas complètement ce secteur aux privés. Mais ce n’est qu’en dialoguant, en créant des synergies et en expérimentant des solutions que nous pourrons obtenir des résultats. »

 

A lire sur le Monde.fr, “L’éducation doit être la priorité des dirigeants africains” Aicha Bah Diallo