Au Burkina Faso, Aide et Action soutient les micro-entreprises de 30 femmes

Publié dans Actualités

Crédit photo : Charlotte FORTUN

Afin de soutenir et renforcer les micro-entreprises de 30 femmes à Ouagadougou, Aide et Action les accompagne financièrement en mobilisant des fonds. Mais pas seulement. Pour les responsabiliser et les autonomiser, notre projet encourage les femmes à trouver leurs propres financements afin de mener à bien leur projet. Un renforcement économique salutaire.

Dans le cadre de son projet Formation au Service du Leadership Féminin (FORSELF) développé au Burkina Faso, Aide et Action mobilise 11 550 000 francs CFA (près de 20 000 euros) afin de soutenir les microentreprises de 30 femmes à Ouagadougou. Pour cela, il a été décidé la mise en place d’un comité d’octroi des subventions. Celui-ci est composé de l’Arrondissement 10, de l’Association pour la promotion de l’Education Non Formelle (APENF), de la Direction Provinciale de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire du Kadiogo, et de la Direction générale de la Formation  professionnelle.

Transparence, efficacité et responsabilité

L’objectif premier visé est la transparence et l’efficacité dans l’allocation des fonds aux bénéficiaires. Le dispositif de financement des projets repose sur le principe de la participation des femmes entrepreneures au budget du projet. En effet, après l’élaboration de leurs plans d’affaires, les bénéficiaires ont l’obligation d’apporter une contribution en fonds propres à hauteur de 5 à 10% du budget global. Le projet, lui, vient en appui à hauteur de 20 à 45% et pour le montant restant, les bénéficiaires sont invitées à initier des démarches auprès des différents guichets de financement au niveau national. Par ailleurs, suite à l’analyse des différents plans d’affaires des bénéficiaires, le comité d’octroi des subventions a exhorté les bénéficiaires à une gestion rigoureuse des fonds reçus en vue d’une rentabilité économique et durable des microentreprises soutenues.

Le maire de l’arrondissement 10, Jérémie SAWADOGO, a indiqué au nom du conseil d’arrondissement que: « l’acte posé par le projet FORSELF est un pas décisif vers le renforcement des activités économiques des femmes et participe  à leur pleine autonomisation ».

Des moments de joie et de satisfaction

Chacune des 30 promotrices a été invitée à ouvrir un compte dédié dans une institution bancaire et à signer une lettre d’engagement devant le comité. Celle-ci les engage à bien effectuer l’investissement pour lequel la subvention a été accordée, à en assurer une bonne gestion, à accepter les visites de contrôle et de vérification approfondie, à ne pas faire de prêt, ni de don quelconque et à effectuer un suivi rigoureux.

Pour les bénéficiaires, ce sont des moments de joie et de satisfaction. Sandrine Tlboudo, promotrice d’entreprise de savon, affirme que cet appui va apporter un plus à ce qu’elle fait déjà sur le terrain. « Cet appui va nous aider à acheter du matériel : table à couper, malaxeur, estampeur tampon… Nous pourrons produire nous-mêmes le savon et surtout en grande quantité ». Dans le même sens, Mamata Compaore, une autre bénéficiaire, vendeuse de légumes, se réjouit de ce financement qui va permettre une concrétisation de ses nouvelles idées. « L’appui vient nous soulager et fait de nos rêves une réalité. Je vais aménager un local pour l’exposition des produits», a-t-elle dit. Enfin, Martine Passeba Wango, pâtissière, estime que : « Cet appui va renforcer nos activités en nous permettant d’acquérir des matériels tels que le réfrigérateur et un four afin de rehausser le niveau de production et surtout de proposer de nouvelles recettes aux clients ».