Cambodge : Protéger les droits des enfants à l’éducation pendant la Covid-19

Publié dans Actualités

Alors que les écoles primaires du Cambodge ont ouvert les portes de leurs classes dans tout le pays à partir du 1er novembre 2021, le Consortium cambodgien pour les enfants non scolarisés a travaillé en coulisse pendant les huit derniers mois consécutifs de fermeture des écoles du pays pour garantir le droit des enfants à l’éducation et une transition harmonieuse vers le retour à l’école.

Avant la pandémie, le Cambodge n’était déjà pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de développement durable (ODD) numéro 4 des Nations Unies relatif à une éducation de qualité. Avant même la crise du Covid-19, la Banque Mondiale estimait en 2019 qu’environ 190 043 enfants en âge de fréquenter l’école primaire, soit environ 9% du total, n’étaient pas scolarisés au Cambodge. Aujourd’hui, les statistiques et indicateurs de l’éducation publique du ministère de l’Éducation de la Jeunesse et des Sports indiquent que plus de 13% des enfants en âge d’aller à l’école primaire n’étaient pas scolarisés au cours de l’année scolaire 2020/21.

L’enseignement à distance ne suffit pas

Alors que les administrateurs scolaires se sont tournés vers l’apprentissage à distance pour pallier les fermetures d’écoles, une évaluation conjointe des besoins du gouvernement cambodgien publiée plus tôt cette année a révélé que seulement 70% des étudiants cambodgiens ont pu continuer à apprendre pendant les fermetures d’écoles, avec seulement 30% d’entre eux accédant à des supports d’apprentissage en ligne et 32% s’appuyant sur des supports papier. Parmi ceux qui apprennent, seuls 12% consacrent plus de trois heures par semaine à l’enseignement à distance, contre plusieurs heures par jour en classe avant la pandémie.

Pour Cha Paulang, enseignante dans une école primaire publique, les élèves indigènes de sa classe de première année dans la province de Mondulkiri, dans le nord-ouest du Cambodge, étaient largement exclus de l’éducation pendant les fermetures d’écoles en raison de leur connaissance limitée de la langue khmère et du manque de ressources éducatives dans leur langue maternelle. Les visites à domicile de Paulang, les feuilles de travail imprimées et les émissions de radio dans les langues minoritaires étaient les principales méthodes d’enseignement à distance pour ses élèves. 

Mais cela ne suffisait pas selon Paulang, car avant tout, un environnement familial favorable à l’apprentissage est essentiel à la continuité de l’éducation.  

« Lors de mes visites à domicile, j’ai vu que tous les enfants n’apprenaient pas pendant les fermetures d’école, car certains ont des parents pour les aider à la maison et d’autres non », a expliqué Mme Paulang, qui a rendu visite à 37 élèves par semaine pendant les fermetures d’école. 

Assurer la continuité de l’éducation

Pour assurer la continuité de l’éducation pendant les fermetures d’école, le Consortium cambodgien pour les enfants non scolarisés a distribué plus de 4 000 radios aux élèves issus de minorités ethniques dans les provinces de Ratanakiri, Mondulkiri et Kratie, où des contenus pédagogiques ont été diffusés dans les langues minoritaires sur les radios locales. Afin de mieux équiper les enseignants comme Paulang, les parents et les enfants pour qu’ils s’adaptent aux méthodes d’apprentissage à distance, le Consortium a également développé un référentiel de ressources en ligne accessibles et gratuites pour tous. À ce jour, 43 éléments de contenu de formation des enseignants et 2 344 titres de livres, dont 572 livres audio, ont été développés. 

Fondé initialement en 2014 comme un projet de quatre ans, le Consortium cambodgien pour les enfants non scolarisés en est maintenant à sa deuxième phase et comprend environ 30 organisations à but non lucratif locales et internationales dirigées par Aide et Action en partenariat avec Educate a Child, un programme mondial de la Fondation Education Above All.

Grâce à des initiatives telles que l’offre d’un soutien scolaire en nature aux filles et aux garçons marginalisés, le développement d’un programme d’apprentissage accéléré ou d’un programme d’équivalence pour les apprenants plus âgés, le soutien à l’intégration des enfants handicapés dans les écoles publiques, et le développement des applications « Khmer Rean Arn » (apprentissage du khmer) et « Khmer Library » – des applications mobiles gratuites avec des contenus de lecture et d’apprentissage pour les enfants cambodgiens – le Consortium cambodgien s’est attaqué aux obstacles qui privent les enfants de leur droit à l’éducation.

Soutenir la réouverture des écoles en toute sécurité 

Maintenant que les écoles sont de nouveau ouvertes, le Consortium s’efforce de faire en sorte que les écoles soient un espace sûr pour les élèves qui reviennent, avec des infrastructures adéquates. Selon les statistiques et indicateurs de l’éducation publique 2020/21 du ministère de la Jeunesse, de l’Éducation et des Sports, plus de 60 % des écoles primaires du pays n’ont pas accès à l’eau et plus de 25 % n’ont pas accès à des latrines. Pour soutenir une réouverture en toute sécurité, le Consortium rénove les salles de classe de dizaines d’écoles à travers le pays et investit dans du nouveau matériel d’enseignement et d’apprentissage, des stations de lavage des mains et des filtres à eau dans les premières étapes de la réouverture des écoles.

À propos de l’annonce de la réouverture des écoles primaires, la Dr Mary Joy Pigozzi, directrice exécutive de Educate A Child, a déclaré : « Nous, ainsi que nos partenaires, Aide et Action, et le Consortium, avons gardé les yeux fixés sur ce moment que nous savions devoir arriver. Maintenant qu’il est arrivé, nous continuons à travailler pour assurer une transition aussi harmonieuse que possible vers le retour à l’éducation des enfants, par la remise en état des salles de classe, la formation des enseignants et la fourniture de matériel pédagogique. »

Le Consortium cambodgien pour les enfants non scolarisés permettra de scolariser plus de 116 000 enfants non scolarisés dans toutes les provinces du Cambodge d’ici 2024, afin que davantage d’enfants puissent accéder à leur droit à l’éducation.