Cyclone Fani Inde

Cyclone Fani : prendre en compte les besoins des enfants sinistrés

Publié dans Actualités

Crédit photo : AEA Asie du Sud

Après une première phase d’intervention d’urgence suite au passage du cyclone Fani, en Inde, Aide et Action concentre désormais ses efforts sur le secteur éducatif. Afin de pallier aux dégâts matériels provoqués par la catastrophe, nos équipes ont distribué des kits d’apprentissage aux enfants ; une façon d’établir un retour à la normale rassurant.

Deux semaines après le passage du cyclone Fani, notre organisation qui avait alors réagi pour apporter une aide d’urgence, se concentre désormais sur le secteur éducatif, très lourdement impacté. La catastrophe qui avait frappé le sud de l’Inde le vendredi 3 mai, avait alors provoqué la mort d’une cinquantaine de personnes et d’immenses dégâts matériels, y compris la destruction d’écoles et de matériel scolaire.

Permettre aux enfants de retrouver leurs repères

Pour apporter une réponse adaptée et permettre aux enfants de retrouver leurs repères, notre équipe locale est intervenue dans le village de Hansapara, dans le district de Puri. Celui-ci a été dévasté par le cyclone et des dizaines de maisons ont été entièrement détruites. Parmi les sinistrés, 156 enfants qui ont tout perdu.

« Les enfants sont les sont les pires victimes car ils se retrouvent dans la peur et la plupart du temps, leur situation particulière est ignorée par les différents acteurs », explique Umi Daniel, directeur (migration et éducation) du programme dédié aux migrants dans l’état d’Odisha. Pour les soutenir, Aide et Action leur a distribué un kit scolaire comprenant des cahiers, un paquet de 5 stylos, une pochette avec des crayons, un taille-crayon et une gomme, un cahier à dessin, un paquet de feutres, un bâton de colle et une lampe à énergie solaire.

Répondre aux besoins spécifiques des enfants

Ce matériel a été identifié afin de répondre à différents besoins spécifiques tels que les activités scolaires de base (cahiers, stylos et crayons), celles liées au soutien psycho-social (cahier à dessin, crayons à dessiner, bâton de colle), ou encore l’assistance à long terme (lampe à énergie solaire) puisque l’électricité ne sera pas rétablie avant 3 à 6 mois.

Le contenu du kit a été distribué aux enfants dans un sac solide qui servira également de sac d’école. Même si cette action peut sembler infime face à l’ampleur de la catastrophe, elle permet de rassurer les enfants en encourageant un retour à la normale. « Nous avons appris aux familles à utiliser la lampe solaire et leur avons parlé de notre plan d’engagement créatif avec les jeunes, raconte le directeur. Notre petit soutien a ramené le sourire sur le visage des enfants. Les parents, la communauté et les autorités scolaires ont également exprimé leur gratitude. » D’ici quelques jours, 200 kits supplémentaires seront distribués aux élèves d’une autre école.