Une femme avec une pancarte "Take rape seriously"

« Mettre fin à l’épidémie des violences : des législations plus vigoureuses »

Publié dans Éducation

« La Source des Femmes », « Wadja », « L’étrangère », « Syngué Sabour », les films parlant des violences faites aux femmes se multiplient aujourd’hui. Coïncidence ?

C’est peu probable. Il semble aujourd’hui qu’un mouvement de révolte, porté par les femmes elles-mêmes, pour mettre fin à la violence soit à l’œuvre. A l’occasion du 8 mars 2013, Michel Bachelet, Directrice exécutive de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), s’est fait la porte parole de ce mouvement incontestable et a appelé à un renforcement des législations pour « mettre fin aux épidémies de violences envers les femmes ».

Ce mouvement pour dire non à la violence envers les femmes est notamment visible en Inde, où suite aux viols de plusieurs jeunes femmes, le plus souvent décédées de leurs blessures, de nombreuses mesures législatives ont été prises pour prévenir les agressions et davantage sanctionner les coupables.

En France, un ministère du droit des femmes, absent du gouvernement depuis 26 ans, a été recrée. L’une de ses premières victoires : l’adoption en novembre 2012 de la loi sur le harcèlement sexuel qui renforce les sanctions et la protection des victimes. A l’occasion de la Journée Internationale contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre 2012, le gouvernement français a présenté une feuille de route ambitieuse pour parvenir enfin à l’égalité entre hommes et femmes. Avec la volonté affichée de travailler en profondeur « sur les clichés, les représentations, et pour faire évoluer les mentalités qui cantonnent chaque sexe dans des rôles différents, et qui sont à la racine des inégalités et, dans le pire des cas, des violences », a expliqué Nadjat Vallaud-Belkacem, Ministre des droits des Femmes.

Une attention particulière devrait également être accordée aux plus jeunes. Des actions de sensibilisation et de lutte contre les violences sexistes, d’éducation au respect et d’éducation à la sexualité devraient être menées dans les établissements scolaires. D’autres initiatives verront également le jour dans les médias, la publicité, le sport ou les pratiques culturelles pour bousculer les représentations qui conduisent trop souvent à donner une image dévalorisante de la femme. Des mesures seront également prises courant 2013 pour améliorer l’accueil des femmes violentées, renforcer leurs protections, et mieux sanctionner et prendre en charge les auteurs des violences. L’ensemble des mesures et disponible sur http://femmes.gouv.fr/.