Une jeune diplômée au Mali

Contre l’exclusion éducative, agissons ensemble!

Publié dans Éducation

Placer l’enfant au centre des systèmes éducatifs

Parce que le droit à l’éducation constitue un droit fondamental, nul ne saurait en être privé. Quelque soit son sexe, son origine (ethnique, culturelle, religieuse…), sa vulnérabilité (handicap, maladie…), sa situation économique et sociale, son milieu (rural, urbain…), chaque enfant doit pouvoir accéder aux apprentissages proposés par les systèmes éducatifs. Dès lors, il ne s’agit pas de faire en sorte que tous les enfants entrent dans le même moule. Il s’agit surtout de reconnaître la diversité des besoins d’apprentissage et d’apporter des réponses adaptées et individualisées aux problèmes et difficultés rencontrées par les apprenants. Il s’avère notamment indispensable de permettre aux enseignants de disposer de ressources et d’aides sur lesquels s’appuyer en classe, au sein et à l’extérieur des établissements.

« Si l’on veut éduquer, soigner, au sens de prendre soin, il faut bien prendre en compte toutes les dimensions de l’enfant », insiste Boris Cyrulnik , dans une série d’interviews réalisées pour Aide et Action. Avec ses partenaires, l’association développe notamment en Inde et au Cambodge, des écoles adaptées aux besoins (handicap, migration…) des populations qu’elle accompagne.
Investir dans le recrutement et la formation des enseignants

Comme rappelé lors de la conférence mondiale pour l’éducation, réunie à Dakar en 2000, « Aucune réforme de l’éducation n’est susceptible de réussir sans la participation active et l’implication des enseignants ». Or, le monde est aujourd’hui confronté à une forte pénurie d’enseignants, de plus la formation qui leur est proposée reste en deçà des besoins.
Pour répondre à cet enjeu à la fois quantitatif et qualitatif, plusieurs mesures doivent être menées de front.
Valoriser et rendre attractif le métier d’enseignant, notamment en améliorant leur statut social et leurs conditions de rémunération ;
Recruter des enseignants formés et motivés dans des régions confrontées à une forte pénurie ;
Améliorer les conditions de travail, l’appui et l’accompagnement des enseignants ;
Mettre en place une formation permanente alliant savoirs disciplinaires, pédagogiques et professionnels.
De la formation reçue par les enseignants dépend la qualité de l’éducation reçue par les enfants. En Guinée, Aide et Action International contribue au développement d’une « école amie des filles » en formant notamment les enseignants aux notions d’équité, de parité et de pédagogie différenciée pour que les filles, encore largement exclues de l’éducation, bénéficient d’un suivi particulier.

Instaurer un climat de confiance et un dialogue fructueux entre l’école et les parents

« Je suis dans la même école depuis plus de vingt ans. C’est une école classée ZEP, dans un quartier pas facile. Nous avons des problèmes à faire venir les parents: ils sont absents aux réunions, ils n’écrivent pas dans les carnets de correspondance… » explique Marie-Christine Cébovic , directrice de l’école Paul-Vaillant-Couturier à Bezons.
Les enseignants, comme les parents, partagent l’envie de voir l’enfant réussir à l’école. L’instauration d’un climat de confiance et d’une relation de qualité entre ces deux acteurs éducatifs favorisent l’accès, le maintien et le bon déroulement de la scolarité de l’enfant (confiance mutuelle, meilleurs résultats, absentéisme moindre…), d’autant plus lorsque ce dialogue s’établit dès la petite enfance. Pour renforcer les compétences des parents et créer les conditions d’un dialogue constructif avec les enseignants, il est nécessaire de :
Expliquer aux parents le fonctionnement de l’école, les objectifs des programmes, les apprentissages visés etc. ;
Encourager les parents à participer à la vie de l’école, aux instances représentatives des parents d’élèves et aux différentes réunions d’information ;
Développer des activités accessibles aux parents en dehors du temps scolaire pour que l’école devienne un espace familier pour les parents ;
Impulser des rencontres et le partage d’expériences entre parents etc.

Les parents doivent également retrouver leur confiance à l’égard des enseignants. En s’efforçant de comprendre les difficultés vécues par les enseignants et en prenant la mesure de la souffrance que certains d’entre eux expriment, ils seront capables d’interroger leurs représentations et de mieux comprendre les pratiques et attitudes des enseignants. Aide et Action International les accompagne au travers de séances de formations et de sensibilisation en Inde et en France.