Des enfants dans une cours d'école

L’école française : perfectible

Publié dans Éducation

En 2003, le président de la République Française, Jacques Chirac, avait lancé un vaste débat national sur l’avenir de l’Ecole. Une initiative née du constat qu’entre ce que l’on disait de l’école et ce que l’on y faisait véritablement subsistait un fossé. Le débat avait alors abouti, sans surprise, à la conclusion suivante : l’Ecole, loin de réaliser les promesses qu’elle s’était fixée, devait vraiment faire réussir tous les élèves.

Force est pourtant de constater, 10 ans après le débat, après le travail de la Commission plurielle nommée pour proposer une vision de l’Ecole telle que nous la souhaiterions, que l’école formatrice, promesse de bien-être sociale et économique pour chacun, est loin d’être une réalité.

L’acte pédagogique, l’enseignement en soi, est désormais également soumis aux critiques. Il est inapproprié, inadapté aux différents publics qu’il est pourtant censé mobiliser. L’étude PISA, publié en 2010, confirme que le niveau des élèves français s’appauvrit et que l’écart de performances entre les bons et les mauvais élèves ne cesse d’augmenter. Le baromètre publié chaque année par l’AFEV à l’occasion de la Journée du Refus de l’Echec Scolaire montre bien que les enfants, notamment ceux issus des quartiers difficiles, sont pour une grande majorité démotivés et peu intéressés par ce qu’ils apprennent. Hors de question pour autant de jeter la pierre aux enseignants, souvent contraints de faire beaucoup avec très peu de moyens.

Depuis plusieurs années, l’école a pourtant tenté d’évoluer. Les réformes se succèdent _ changement des rythmes scolaires, suppression des postes d’enseignants spécialisées, suppression progressive de la carte scolaire, suppression des Instituts de Formation des Maîtres et modification de la formation des enseignants_ mais force est de constater que ces nouvelles politiques, aussi vite lancées que supprimées, n’améliorent pas la situation des enfants.

Alors quel est aujourd’hui l’avenir de notre Ecole ? Doit-on entièrement la repenser ? Comment faire en sorte que notre idéal ne soit plus seulement une image d’épinal ? Quelles politiques, réformes doivent être mises en place ? Pour répondre à ces questions, Aide et Action mène depuis 30 ans, avec des spécialistes et des partenaires multiples (associations, pouvoirs publics, entreprises…) des recherches afin d’adapter les enseignements aux publics et communautés qu’elle accompagne.

De ses expériences et de ses interventions dans de nombreuses régions du monde, sont nés des dispositifs innovants qui permettent aujourd’hui de briser à l’international et en France l’exclusion pédagogique.