Guinée projet AEA

En Guinée, après 10 ans d’intervention Aide et Action prépare la suite

Publié dans Actualités

Crédit photo : Aide et Action

Pendant plus de 10 ans, Aide et Action est intervenue en Guinée via le Programme concerté de Renforcement des capacités des Organisations de la société civile et de la Jeunesse Guinéennes (PROJEG). Alors que celui-ci s’achève, notre mission consiste désormais à rendre les collectifs autonomes afin qu’ils puissent poursuivre leurs activités avec succès. Un soutien de 52 000 euros leur a été accordé !

« Le PROJEG, comme un bon père de famille, après 10 ans de soutien pense à notre devenir, souligne Mathieu Manamou, président de l’ONG Action pour le Développement communautaire (ADC), chef de file du collectif mines de la Guinée forestière. Je me réjouis que le Programme ait contribué à la professionnalisation des organisations guinéennes sur les questions minières, des droits de l’Homme et de transparence des ressources publiques. Cette dernière convention nous permettra de nous renforcer sur le plan organisationnel, institutionnel et de l’expertise ».

Professionnaliser  la société civile

Développé depuis 2008 en Guinée, le Programme concerté de Renforcement des Capacités des Organisations de la société civile et de la Jeunesse Guinéennes (PROJEG) est un espace de concertation et de travail collectif. Plus de 500 organisations des sociétés civiles française et guinéenne y sont rassemblées.

Le PROJEG travaille à structurer et professionnaliser ces organisations pour une meilleure capacité opérationnelle et une bonne gouvernance. Il met en place des actions de plaidoyer et de concertation autour d’enjeux propres à la Guinée : accès aux services au niveau local, contrôle citoyen des ressources publiques, réduction/annulation de la dette, environnement minier, défense des droits de l’Homme…

Garantir la pérennité 

Après 10 ans de mise en œuvre, le projet est désormais achevé. Aide et Action qui a été le chef de file du programme financé par l’Agence Française de Développement, tient à ce que tous les collectifs engagés soient autonomes afin qu’ils puissent poursuivre leurs activités avec succès. Pour cela, 150 associations de la société civile guinéenne ont bénéficié de 52 000 euros pour l’amélioration de leur gouvernance interne et le renforcement de leurs compétences en plaidoyer et communication.