En Inde, nous accompagnons les plus vulnérables vers leur accès aux droits

Publié dans Actualités

Crédit photo : Chandra Kiran Katta

En Inde, les injustices sociales sont particulièrement nombreuses. Pour aider les plus vulnérables à sortir du cercle vicieux de la pauvreté et de l’exclusion, Aide et Action les soutient et les accompagne dans leur démarche d’accès aux droits. 

Victimes de discriminations liées à leur origine sociale, à leurs troubles de l’audition et de la parole et à leur genre, Vijayalakshmi et Gouramma sont deux sœurs indiennes résidant à Kinnisadak, dans le district de Kalaburgi. Appartenant à une famille Dalit – une catégorie d’individus placée tout en bas de l’échelle sociale en Inde – elles faisaient face à de grandes difficultés au quotidien. Pour faciliter leur vie, notre mobilisateur communautaire leur a permis d’accéder  aux aides de l’État indien. Elles peuvent ainsi désormais mener une vie meilleure.

Inégalités et injustices cumulées

En raison de l’extrême précarité de la famille, le père de Vijayalakshmi et Gouramma a décidé de déshériter ses filles et de céder les deux hectares de terres à son fils unique. Privées de toute opportunité, les deux sœurs en situation de handicap travaillaient alors de manière irrégulière en tant que journalières dans les champs voisins pour un maigre salaire de Rs. 100 par jour, soit environ 1 euro.

Conseiller et orienter

Lorsque notre mobilisateur communautaire a échangé avec elles dans le cadre d’un projet mené en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Gouvernement du Karnataka, il s’est avéré que les jeunes femmes n’étaient pas au courant de la Loi nationale Mahatma Gandhi sur la garantie de l’emploi rural, ni de l’existence du régime de pension d’invalidité.

Grâce à des séances d’orientation organisées par Aide et Action, les sœurs ont pu manifester leur volonté de souscrire à ces aides. Sans tarder, le mobilisateur a facilité le processus et en quelques jours, Vijayalakshmi et Gouramma ont reçu des cartes de travail ainsi que des pensions d’invalidité. Elles gagnent maintenant Rs.275 chacun par jour et mènent une vie plus digne.

Le projet dont ont bénéficié les deux jeunes femmes a également permis à plus de 28 000 personnes dans les districts de Bagalkot et Kalburgi du Karnataka d’obtenir des cartes de travail et de se voir assurer un salaire garanti 100 jours par an.