Enseignants intro

Enseignants : profession menacée, avenir éducatif en danger

Publié dans Actualités

Crédit photo : Vincent Reynaud-Lacroze

La Journée mondiale des enseignants, célébrée le 5 octobre, est l’occasion de rendre hommage au rôle clé de cette profession à travers le monde. Pourtant, de nombreux défis subsistent et l’avenir éducatif des jeunes générations est loin d’être garanti.

Depuis plusieurs années déjà, le rôle clé des enseignants est reconnu dans la réalisation de l’Agenda Éducation 2030 et l’atteinte des Objectifs de développement durable. Chaque année, la journée mondiale qui leur est consacrée, célèbre d’ailleurs la profession enseignante à travers le monde et met à l’honneur ceux qui l’exercent. Mais le thème de cette édition 2019 n’est pas choisi au hasard : « Les jeunes enseignant(e)s: l’avenir de la profession» ; l’occasion, comme le rappelle l’UNESCO de « faire le bilan des progrès accomplis et de se pencher sur des questions centrales pour attirer et retenir les esprits les plus brillants et les jeunes talents dans la profession. »

Une pénurie lourde de conséquences

En effet, la profession ne fait plus rêver et les candidats sont de moins en moins nombreux. Selon l’UNESCO, près de 69 millions d’enseignants devront être recrutés d’ici à 2030 pour permettre à l’enseignement primaire et secondaire d’atteindre les cibles de l’ODD 4 relatives à l’éducation.

Face à cette pénurie, dans de nombreux pays, le niveau de qualification des enseignants a été revu à la baisse, afin de recruter davantage. Malheureusement, cette méthode fait chuter les compétences des enseignants alors même que ce sont eux qui influencent le plus l’acquisition des connaissances au niveau des établissements scolaires.

Un statut remis en question

Dans 14 pays d’Afrique subsaharienne, l’enseignant moyen de la dernière année du primaire ne fait pas mieux aux tests de lecture que les élèves les plus brillants du même niveau. Dans beaucoup de pays en développement, une partie considérable du temps d’apprentissage se perd parce que les heures de classe sont consacrées à d’autres activités ou à cause de l’absentéisme des enseignants.

De plus, les enseignants qui étaient autrefois respectés et considérés servent aujourd’hui trop facilement de boucs émissaires pour les échecs des systèmes éducatifs. Il ne fait aucun doute que le statut professionnel, social et légal de la profession enseignante est largement remis en question de par le monde.

Une revalorisation du métier est indispensable                     

L’UNESCO affirme : « Ces défis et transformations au XXIe siècle sont bien réels. Alors que nous célébrons la Journée mondiale des enseignant(e)s 2019, nous devons prendre le temps de nous pencher sur l’avenir de la profession et sur le rôle que les jeunes enseignants auront à y jouer – en étant à l’écoute de l’évolution du climat éducatif et scolaire ainsi que de la nécessité d’attirer et de retenir une nouvelle génération d’enseignants dévoués […]. »

Pour résoudre le problème, les États ont la nécessité d’augmenter massivement les budgets alloués chaque année à l’éducation mais cet investissement n’aura aucun effet sans une meilleure prise en compte des besoins et des demandes des enseignants. Une revalorisation du métier est indispensable tout comme la nécessité de libérer les enseignants de tout souci lié à leur condition de travail et de vie afin qu’ils se concentrent  uniquement sur leur rôle auprès des jeunes générations.

Aide et Action milite notamment pour une refonte de la formation des enseignants afin que celle-ci inclue un volet théorique et pratique plus important et surtout qu’elle s’inscrive dans un process continu afin de former les enseignants sur la longueur aux nouveaux défis qu’ils rencontrent quotidiennement.