Faire respecter le droit à une éducation de qualité pour tous les enfants africains

Publié dans Actualités

Crédit photo : Vincent Reynaud-Lacroze

À l’occasion de La Journée mondiale de l’enfant africain, célébrée le 16 juin, Aide et Action rappelle que la problématique de l’accès à une éducation de qualité pour tous les enfants en Afrique est toujours d’actualité. C’est pourquoi, nous développons actuellement 15 projets sur le continent pour améliorer la situation éducative de milliers d’enfants.

La Journée mondiale de l’enfant africain est célébrée chaque année en souvenir du 16 juin 1976, date à laquelle des centaines d’étudiants noirs ont été tués ou blessés par le régime d’apartheid d’Afrique du Sud pour avoir manifesté afin de réclamer le respect de leurs droits, dont celui d’une éducation de qualité. La problématique d’accès à une éducation de qualité pour tous les enfants en Afrique est toujours d’actualité et les crises sécuritaires, sociopolitiques et sanitaires compliquent encore davantage la situation.

Garantir les mêmes droits à tous les enfants

Pour lutter contre cette injustice et faire en sorte que tous les enfants, y compris les plus vulnérables, puissent voir leur droit à une éducation de qualité respecté, Aide et Action intervient dans plusieurs pays en Afrique. En 2020, notre association mettait en œuvre 15 projets pour améliorer l’accès et la qualité de l’éducation. La réalisation d’infrastructures scolaires et leur équipement, l’électrification de salles de classe, la formation des enseignants, la mise à disposition d’outils pédagogiques et de suivi, la dotation en matériel informatique et en kits scolaires, l’appui à l’enseignement à distance dans le contexte de la COVID 19, ou encore l’organisation de cours de remédiation scolaire font partie des actions déployées par nos équipes.

Améliorer les conditions d’apprentissage au Bénin et au Burkina Faso

 Le projet Ecole Eclairée Centre de Ressources pour une Education de Qualité (EECREQ) est mis en œuvre au Bénin et au Burkina Faso avec le soutien financier de l’Agence Française de Développement (AFD).  120 écoles, dont 60 dans chaque pays, sont bénéficiaires de ce projet d’électrification solaire et d’accès à des ressources pédagogiques en ligne. Grâce à l’électrification solaire, la visibilité dans les salles de classe est améliorée. Les conditions de travail sont nettement meilleures aussi bien pour les enseignants que les élèves qui disposent de la lumière pour apprendre les leçons et faire les devoirs de maison. Les enseignants profitent de la lumière pour leur préparation des cours. Aussi organisent-ils des cours de remédiation scolaire pour relever le niveau des élèves qui ont des difficultés. Par ailleurs, la dotation des écoles en matériel informatique et l’initiation à l’utilisation de l’ordinateur des enseignants permettront l’exploitation de ressources pédagogiques en ligne pour améliorer la qualité des contenus des enseignements. 18 000 élèves sont les bénéficiaires de ce projet sur les deux pays.

Électrifier les écoles au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo

Le projet A Light For Africa (ALFA) est soutenu financièrement par le Club Med, Aide et Action Isère et des donateurs privés. Il a permis l’électrification solaire et l’équipement en matériel informatique d’une vingtaine d’écoles au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo. L’accès à l’électrification solaire dans les zones rurales améliore les conditions d’enseignement et d’apprentissage des enseignants et des élèves. Ce qui contribue à améliorer les résultats scolaires. Plus de 3000 élèves et leurs enseignants bénéficient de ce projet.

Éducation et santé en Guinée, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso

Le Projet d’Appui à la Scolarisation et au développement Sanitaire (PASS) bénéficie de l’appui financier des Fondations Orange, Bel et Suez. Il permet la réalisation et l’équipement d’infrastructures scolaires et sanitaires. Les projets PASS contribuent à augmenter l’offre de places disponibles au sein des écoles concernées grâce à la réalisation et l’équipement de salles de classe. En associant le volet santé à celui de l’éducation, cela permet d’offrir aux élèves un meilleur accès aux soins et donc renforcer leur assiduité aux cours, surtout en milieu rural.

Faire face à la crise sécuritaire au Mali 

Dans un contexte de crise sécuritaire, le Projet d’Amélioration de l’Accès, la Qualité et la gouvernance de l’éducation fondamentale et secondaire dans les régions de Gao et Ménaka (PAQAMA) est développé par Aide et Action et ses partenaires techniques et financiers (Agence Française de Développement, Humanité et Inclusion, International Rescue Committee, Norwegian Refugee Council). Son objectif est d’améliorer l’accès à une éducation de qualité. Pour cela, les actions suivants sont mises en œuvre :

  • appui matériel aux élèves et enseignants affectés par la crise (kits et mobiliers scolaires pour les élèves et matériels didactiques pour les enseignants)
  • formation des enseignants affectés par la crise (la pédagogie de grands groupes et cours de remédiation scolaire, didactiques des disciplines, gestion des classes multigrades, classes curatives)
  • appui à l’alimentation scolaire (cantines scolaires ou goûter pour les enfants)
  • renforcement de capacités d’accueil (construction des salles de classe ou abris temporaires)
  • renforcement des capacités administratives (formation des autorités administratives dans la coordination, la préparation, la planification et la réponse aux situations d’urgence)
  • l’équipement des structures déconcentrées (équipements de bureau, moyens de déplacements pour faciliter les suivis).

Ces différents projets développés par Aide et Action ont tous pour objectif commun d’assurer à chaque enfant africain le respect du droit à une éducation de qualité. De ce droit, dépendent leurs capacités à améliorer leurs conditions de vie et à choisir librement leur avenir.