Laos : former les enseignants aux droits de l’enfant

Publié dans Actualités

Dans les provinces de Vientiane et d’Oudomxay, en République démocratique populaire Lao (RDP Lao), les enseignants de 30 écoles ont été formés aux droits de l’enfant dans le but de changer leurs méthodes d’enseignement et l’expérience scolaire des enfants du pays.

Mme Nangmany, enseignante à l’école primaire Natiew dans la province de Vientiane, a participé à la formation en août 2021 et est désormais prête à défendre les droits de l’enfant. « Je vais transmettre ces connaissances aux étudiants ainsi qu’aux soignants, car ils devraient se préoccuper des droits des enfants, de la protection de l’enfance, de la garde d’enfants, du développement de l’enfant et de la discipline positive », a-t-elle déclaré. 

La violence à l’encontre des enfants : une réalité courante en RDP lao

Selon l’enquête 2019 sur la violence contre les enfants en RDP Lao, un enfant sur six a subi au moins une forme de violence physique avant l’âge de 18 ans. Les châtiments corporels sont encore une réalité dans les écoles maternelles et primaires de la RDP Lao et de nombreux enseignants ne connaissent pas les droits de l’enfant et les lois de protection de l’enfance. Pour réduire la violence à l’école et favoriser de meilleurs environnements d’apprentissage dans les écoles, Aide et Action forme depuis 2019 les enseignants à l’éducation inclusive, aux droits fondamentaux de l’enfant et à la participation, ainsi qu’au développement de l’enfant, dans le cadre de l’objectif de l’organisation de fournir des environnements scolaires pré-primaires et primaires inclusifs et adaptés aux enfants. 

  1. Daobandone, un enseignant de 40 ans de l’école primaire de Konkham, dans la province de Vientiane, était ravi d’apprendre de nouvelles techniques de discipline positive. « C’était très bénéfique d’apprendre les droits de l’enfant et la discipline positive. Maintenant que je suis formé, je préfère utiliser la discipline positive, et je ne referai plus les mêmes erreurs », a-t-il affirmé.
  2. Sengsouk, qui enseigne à l’école primaire Phonsavath 3, dans la province de Vientiane, a également estimé que les ateliers étaient utiles. « Je vais appliquer les leçons apprises lors de cette session de formation, par exemple en encourageant les élèves à lire et à écrire de la langue khmu à la langue lao », a-t-il dit.

Un regard vers l’avenir

Mme Ngoykham, 36 ans, enseignante à l’école primaire Phonsavath 1, dans la province de Vientiane, a également apprécié la formation qui a renforcé sa connaissance des droits de l’enfant et de la discipline positive et elle pense déjà à la prochaine formation qu’Aide et Action proposera. « Pour la prochaine formation, j’aimerais qu’Aide et Action organise des sessions de formation plus longues pour échanger des idées et découvrir de nouveaux jeux pour enfants », a-t-elle déclaré. « J’aimerais aussi en savoir plus sur la façon dont des jeux comme le football peuvent être utilisés pour enseigner des leçons. Enfin, j’aimerais aussi être formée à l’aide aux enfants handicapés, et recevoir une formation technique sur la manière de leur enseigner. »

À la suite de la participation des enseignants aux sessions de formation de deux jours, leurs changements de comportement et leurs pratiques en matière d’inclusion, d’interaction avec les enfants et de communication sont suivis et discutés lors de futures visites d’écoles. Grâce à la formation des enseignants, Aide et Action offre un environnement d’apprentissage meilleur et plus sûr aux enfants de la RDP Lao, afin qu’ils continuent à aller à l’école.