Libération_Logo

Le développement avance sans François Hollande


La Troisième Conférence Internationale sur le Financement du Développement s’est tenue à Addis Abeba du 13 au 16 juillet 2015. Plus de 193 chefs d’états et haut-représentants y été réunis pour s’engager à augmenter leurs investissements et à coopérer davantage pour offrir à tous les enfants, quel que soit leur lieu de naissance, une éducation gratuite et de qualité. Dans une tribune publiée par Libération le 14 juillet 2015, Charles-Emmanuel Ballanger, Directeur France Aide et Action,  ainsi que 19 autres dirigeants d’associations et de syndicats,  regrette l’absence de François Hollande à cette réunion déterminante pour l’avenir de l’éducation et du développement dans le monde.

« En faisant le choix de ne pas se rendre à Addis Abeda, le président François Hollande envoie un signal négatif aux autres pays… ». Un signal d’autant plus négatif, insistent les 20 dirigeants d’associations et de syndicats, que la France, qui s’est engagée à accueillir la Conférence Climat en décembre (Cop 21) n’a pas tenu ses promesses d’aide au développement depuis déjà quelques années. « La trajectoire que prend la France depuis 5 ans semble bien contraire aux principes de solidarité et d’égalité que le pays dit défendre …le budget d’aide au développement a atteint son niveau le plus faible depuis 10 ans ». Les 20 dirigeants d’associations et de syndicats appelle donc  la France à se ressaisir et à” s’impliquer dès maintenant dans les processus internationaux pour faire de 2015 une année historique où le monde entier se sera fixé des objectifs ambitieux, accompagnés de moyens adéquats pour offrir aux générations futures une planète plus juste et préservée”.

 

> Libération: Lire la tribune, publiée par 20 dirigeants d’associations et de syndicats, dont Aide et Action, dans son intégralité