Le travail des enfants risque d’augmenter à cause de la pandémie de COVID-19

Publié dans Actualités

On compte aujourd’hui 152 millions d’enfants travailleurs dans le monde. Si leur nombre n’a fait que diminuer au cours de ces dernières années, la pandémie de COVID-19 risque de provoquer une hausse inédite du phénomène. Pour empêcher cela, il faut agir de façon concertée et de manière décisive !

La pandémie de COVID-19 a créé des effets sans précédent et extrêmes sur les aspects mentaux, physiques et nutritionnels des enfants. Le monde a connu la plus longue durée de fermeture d’écoles, affectant à la fois l’apprentissage et l’accès aux repas scolaires pour les enfants dont la sécurité nutritionnelle a été entravée. Selon l’UNICEF, plus de 1,5 milliard d’enfants dans le monde ont vu leur scolarité suspendue à cause des restrictions. Cette fermeture des classes a poussé les enfants à travailler, afin de soutenir leur famille pour lutter contre la mauvaise situation économique.

1 enfant sur 10 travaille dans le monde

Le travail des enfants est une activité qui prive les enfants de leur enfance, de leur potentiel, de leur dignité et qui nuit à leur croissance et à leur développement. Selon l’Organisation internationale du travail, 152 millions d’enfants, soit 1 enfant sur 10 dans le monde, sont des travailleurs. Parmi eux, 64 millions sont des filles et 88 millions sont des garçons. Plus grave encore, près de la moitié de ces enfants sont engagés dans des travaux dangereux et 6,3 millions d’entre eux sont contraints au travail forcé et à l’esclavage humain.

Les enfants sont poussés à travailler pour diverses raisons, le plus souvent, cela  se produit lorsque les familles tombent dans une pauvreté extrême, connaissent une insécurité de revenu, sont confrontées à des catastrophes ou sont déracinées de leur habitation en raison du chômage, du trafic des êtres humains, des conflits et des événements météorologiques extrêmes.

Un phénomène mondial

La prévalence du travail des enfants ne se trouve pas seulement principalement dans le secteur agricole où il permet souvent aux enfants de contribuer en tant que main-d’œuvre familiale, mais il existe aujourd’hui dans des secteurs diversifiés tels que  l’exploitation minière, les usines, les industries, le tourisme, ou la construction.

Le travail des enfants est un phénomène mondial qui existe sous différentes formes et intensités dans presque toutes les parties du globe. Cependant, la moitié des enfants travailleurs dans le monde, 72,1 millions se trouvent en Afrique alors que 62,1 millions se trouvent en Asie et dans le Pacifique[1]. La bonne nouvelle est qu’au cours des deux dernières décennies, le nombre total d’enfants travailleurs a été réduit de 100 millions, mais la mauvaise nouvelle est que la pandémie de COVID-19 qui s’est propagée dans le monde entier a fait de nombreuses victimes et a mis en danger les activités économiques des personnes pauvres et défavorisées. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans plus de vingt pays, le nombre de personnes souffrant de faim aiguë devrait exploser dans les mois à venir.

Soutenir et accompagner les familles défavorisées

L’étude d’Aide et Action en Inde sur l’impact de la COVID-19 sur les enfants migrants suggère une multiplication par deux du nombre d’enfants qui ont accompagné leurs parents travailleurs dans les chantiers de briques après la première vague de pandémie. Les industries traditionnelles des fours à briques utilisent souvent le travail des enfants pour une partie de leur fonctionnement. Pour contrer cela, nous travaillons depuis longtemps avec les enfants vivant dans les briqueteries pour leur apporter éducation, soins et permettre l’élimination complète des enfants travailleurs. Pendant la pandémie, Aide et Action a aidé des milliers de travailleurs migrants et leurs familles à se rendre en toute sécurité dans leurs villages d’origine et les a réinsérés dans un programme gouvernemental d’aide sanitaire et de protection sociale.

Un risque réel d’aggravation 

Les Nations Unies ont déclaré 2021 année internationale pour l’élimination du travail des enfants. Les Objectifs 7 et 8 des Objectifs de Développement Durable (ODD) mettent le monde au défi d’éradiquer le travail forcé, l’esclavage moderne et, d’ici 2025, le travail des enfants sous toutes ses formes. La condition actuelle menace pourtant de déclencher une vague de travail des enfants. Ce sera donc une tâche herculéenne pour les décideurs politiques et les planificateurs de concevoir une stratégie efficace pour contenir le travail des enfants. L’élimination de ce fléau nécessite des approches holistiques et multiples. Chaque action gouvernementale et non gouvernementale pour l’élimination du travail des enfants devrait être efficacement renforcée par des politiques nationales sur les droits de l’enfant, une application plus stricte de la loi, une protection sociale de qualité et le renforcement de l’écosystème scolaire.

[1] Estimations mondiales du travail des enfants : résultats et tendances 2012-2016 / Bureau international du Travail. Genève : OIT, 2017