Kumpheak Cambodge handicap

« Ma fille handicapée a vraiment progressé grâce à une classe intégrée d’Aide et Action »

Publié dans Actualités,Projets

Crédit photo : AEA

Au Cambodge, Sokhom raconte le parcours de sa fille atteinte de handicap mental. Après des années passées en dehors du système scolaire, la petite fille de 8 ans a intégré une classe spécialisée développée par notre association. Depuis, ses progrès sont remarquables.

Dans le système d’éducation publique cambodgien, les écoles n’ont généralement pas les moyens de fournir aux enfants atteints de handicap une éducation qui les aide à développer pleinement leur potentiel. En conséquence, la plupart d’entre eux sont exclus, de fait, du système scolaire. C’était le cas de Kumpheak, 8 ans, qui souffre d’une déficience intellectuelle (syndrome de Down) et vit dans la province de Siem Reap.

« J’ai essayé d’inscrire ma fille dans de nombreuses écoles publiques de la région, mais aucune d’elle ne l’a accueillie, explique Sokhom, sa mère. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas pu me rendre régulièrement au travail, ce qui rend la situation très difficile pour notre famille. Le petit salaire de mon mari ne nous suffit pas pour couvrir nos dépenses quotidiennes. »

Offrir une éducation adaptée

Face à cette situation, rencontrée par de nombreuses familles cambodgiennes défavorisées, nous avons décidé d’intervenir avec notre partenaire Rabbit school. Il y a deux ans, dans le cadre de notre projet visant à scolariser les enfants atteints de handicap, le personnel de cette association locale a rendu visite à Sokhom pour échanger de la possibilité d’inscrire Kumpheak dans une des classes intégrées.

Ce modèle consiste à proposer des classes à effectif réduit, pas plus de 12 élèves pour 2 enseignants, dont l’objectif est de mélanger les enfants atteints de handicap et des élèves présentant un retard dans les acquisitions scolaires. « Au début, ça a été difficile pour Kumpheak de s’habituer à l’environnement scolaire, raconte Sokhom. Au cours des deux premiers mois, elle a beaucoup pleuré et voulait rentrer à la maison avec moi. J’avais toujours mes doutes. Mais un jour, à la fin de la journée d’école, elle m’a fait signe de la main et m’a dit «bonjour!», ce qui m’a profondément touché. Elle n’avait jamais dit ça de sa vie auparavant! Pour moi, c’était la preuve que ma Kumpheak recevait une éducation de qualité dans cette classe intégrée et qu’elle progressait bien. »

Des progrès visibles très positifs

Depuis, Kumpheak n’a cessé de progresser. Elle peut maintenant prendre ses repas, aller aux toilettes et prendre une douche toute seule. Elle peut aussi lire et écrire l’alphabet khmer. Et elle s’entend très bien avec les autres enfants à l’école et sa famille à la maison. Grâce à cela, Sokhom peut enfin aller travailler régulièrement et gagner sa vie.

«Kumpheak continuera d’aller à l’école tant qu’elle progressera. Tout va bien pour elle, même si son avenir est encore incertain. Mais en tout cas, je suis vraiment heureuse qu’elle fasse de si bons progrès à la fois à l’école et à la maison. Les choses se sont améliorées pour toute notre famille », témoigne Sokhom.

En 2018, grâce à notre projet «Éducation inclusive pour les enfants atteints de handicap», nous avons réussi à inscrire 247 nouveaux enfants dans le parcours scolaire classique et nous avons aidé nos partenaires à maintenir 533 enfants à l’école grâce à des méthodes d’enseignement améliorées et à l’utilisation de ressources pédagogiques adaptées.
Nous avons également soutenu 166 enfants atteints de handicap avec des programmes de bourses d’études, 22 avec des services de transport et 86 avec des programmes de nutrition. Enfin, nous avons fourni des formations spécifiques à 44 enseignants afin de renforcer leurs capacités à fournir une éducation de qualité aux enfants atteints de handicap.