Objectif Enfance 2020 : Un webinaire consacré aux droits de l’enfant

Publié dans Actualités,Plaidoyer

Crédit photo : Vincent Reynaud-Lacroze

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Enfance, le Groupe Enfance, dont Aide et Action est membre,  organisait le 19 novembre 2020 un webinaire sur la thématique « 10 ans avant la fin des Objectifs de Développement Durable, quelles politiques pour une mise en œuvre effective des droits de l’enfant à l’international ? »

En 2015, plus de 193 États prenaient la décision commune de construire d’ici à 2030 un monde plus juste et durable où chacun verrait ses droits garantis. Ces mêmes Etats prenaient pour feuille de route 17 Objectifs de développement durable (ODD) tant sur l’égalité des genres, que sur la faim, la santé, le travail décent ou encore l’éducation…La réalisation de ces Objectifs de développement durable étant bien entendu liée à celle des droits de l’homme et plus particulièrement des droits de l’enfant. 

Les droits de l’enfant : un programme inachevé

Or 31 ans après l’adoption de la Convention Relative aux droits de l’enfant (CIDE), force est de constater que ces derniers sont encore loin d’être parfaitement appliqués.  « Pour ne donner qu’un exemple, un enfant sur 6 n’est pas scolarisé. Le constat s’aggrave lorsque l’on regarde les zones de conflit, de fragilité, ou lorsque s’ajoutent d’autres facteurs de discrimination, tels que le genre : près d’une fille âgée de moins de 18 ans est mariée toutes les 2 secondes. D’ici à 2030, si rien ne change, ce sont 150 millions de filles mineures qui seront mariées », insiste Michelle Perrot, Directrice de Plaidoyer de  l’ONG Plan, chargée d’animer le webinaire organisé à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Enfance 2020 par le Groupe Enfance. Un groupe qui réunit aujourd’hui 19 ONGs, associations et collectifs – parmi lesquels Aide et Action- réunis pour la défense et la promotion des droits de l’enfant en France et à l’international. 

Un webinaire pour mieux prendre en compte les droits de l’enfant

Pour cette journée-événement dédiée aux droits de l’enfant, le Groupe Enfance a souhaité réfléchir à la question : « 10 ans avant la fin des ODD, quelles politiques pour une mise en œuvre effective des droits de l’enfant ». L’Objectif : rappeler à la France de prendre en compte les droits de l’enfant dans ses politiques et actions internationales et regarder un peu partout en Europe pour voir comment nos voisins se saisissent de ces enjeux. 

S’inspirer de nos pays voisins

Le Groupe Enfance avait donc réuni autour d’une table virtuelle Valérie Carlier du, Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce Extérieur et Coopération au développement de Belgique , Iris Abraham, Membre du cabinet de Mme Dubravka Šuica, vice-présidente pour la démocratie et la démographie à la Commission Européenne, en charge des droits de l’enfant  et de Aagje K. Ieven Secrétaire Générale de Missing Children Europe, Co-présidente du Groupe d’Action informel pour les Droits de l’Enfant (Children’s Rights Action Group). 

 Valérie Carlier a témoigné de l’engagement de la Belgique pour mettre un terme à la participation des enfants dans les conflits armés. Iris Abraham est elle revenue sur le travail mené par la Commission Européenne en vue d’une élaboration d’une stratégie des droits de l’enfant et sur l’importance notamment de l’implication des enfants dans l’élaboration de politiques publiques les concernant. Enfin, Aagje K. Ieven, a présenté les recommandations pour les politiques internes et externes de chaque pays en matière de droits de l’enfant pour travailler au niveau local, national et international.  

Le Groupe Enfance a présenté ses recommandations

Suite à ces différentes interventions, Michelle Perrot au nom du Groupe Enfance a exposé les recommandations du Groupe pour une meilleure prise en compte des droits de l’enfant. Elle a notamment demandé la prise en compte transversale des droits de l’enfant dans la politique internationale de la France ( notamment dans le cadre de la loi solidarité et développement ex-LOPDSI), une sensibilisation et une formation parmi les agents publiques et opérateurs de l’état à l’approche par les droits de l’enfant, et de rendre visible la contribution de la France à la réalisation des droits de l’enfant dans sa politique internationale, notamment en mettant en place un outil de traçabilité des budgets aide publique au développement dédiés aux droits de l’enfant.

À cette fin, le Groupe Enfance a annoncé qu’elle réaliserait une étude intitulée « Quel outil pour une meilleure prise en compte des droits de l’enfant dans la politique internationale » ?, dont les conclusions seront partagées avant la fin de l’année 2021. Le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères ainsi que son opérateur l’Agence Française de Développement ont pu réagir à ces demandes en la personne de Anne-Charlotte Dommartin, Déléguée aux relations avec la société civile et aux partenariats au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Celle-ci est revenue sur l’adoption par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères d’une stratégie droits humains et développement et sur sa prochaine déclinaison opérationnelle. Elle a également insisté sur l’intérêt que le Ministère portait aux études et outils développés par le Groupe Enfance pour une meilleure effectivité des droits de l’enfant, par exemple son livre blanc de formation à l’approche basée sur les droits de l’enfant ou encore sa Checklist permettant de mieux intégrer les droits de l’enfant aux projets humanitaires ou de développement. 

Retrouvez toute l’actualité du Groupe Enfance sur https://www.groupe-enfance.org ou sur ses réseaux sociaux