des enfants en afrique de l'ouest reçoivent les équipements informatiques dans le cadre du projet d'électrification des écoles ALFA

Projet ALFA : Quand la lumière arrive à l’école


Crédits photo : AEA

Depuis 2017, Aide et Action électrifie des écoles primaires en Afrique de l’Ouest. En amenant l’électricité à l’école, nous améliorons les conditions d’apprentissage des enfants et les conditions d’enseignement des professeurs. Mais cela va bien au-delà en réalité car le projet bénéficie à toute la communauté !

L’électrification des écoles, un enjeu majeur de qualité de l’éducation

« Avant, notre école n’avait pas de lumière et quand il pleuvait, on devait arrêter les cours car il faisait trop sombre. Aujourd’hui, nous pouvons travailler à tout moment. De plus, nous pouvons ramener les petites lampes à la maison pour apprendre les leçons le soir car nous n’avons pas l’électricité chez nous. » Aurelle est en CE2 à l’école primaire publique d’Ahovo A, dans la commune d’Avrankou, au Bénin. Son témoignage traduit la réalité de l’école en Afrique de l’Ouest où très peu d’établissements scolaires situés en milieu rural sont électrifiés. Ainsi, au Sénégal, le taux d’électrification des écoles est estimé à 33%; avec de fortes disparités entre zones rurales et zones urbaines. La tenue des cours est donc conditionnée par la lumière du soleil.  Parfois, à certains moments de la journée, les salles de classe sont obscures et, en cas d’intempéries, les cours doivent même être suspendus. De fait, sur l’année, le quota horaire nécessaire à l’apprentissage de chaque discipline scolaire n’est pas respecté.

Le projet “A Light For Africa” (ALFA) consiste, d’une part, en l’électrification solaire et l’équipement en matériel informatique des écoles bénéficiaires et, d’autre part, en la mise à disposition pour les écoliers de lampes solaires rechargeables pour qu’ils puissent faire leurs devoirs, le soir, à la maison. Il a été expérimenté au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Sénégal. Au vu des résultats satisfaisants obtenus sur l’amélioration des conditions d’enseignement et d’apprentissage, et plus globalement sur la qualité de l’éducation, le projet a été étendu au Burkina Faso et pourrait être envisagé sur d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.

ALFA ouvre de nouvelles perspectives aux enseignants, aux élèves et aux communautés

Grâce à l’équipement et à l’initiation informatique qui accompagnent l’électrification des écoles, les professeurs ont accès à Internet. Une source documentaire leur est ainsi proposée et leur donne l’opportunité de faire des recherches en vue d’enrichir leurs pratiques pédagogiques. Avec l’électrification de l’école, les salles de classe peuvent servir après les cours. Les enseignants ont abandonné les lampes à pétrole pour préparer, le soir, leurs fiches pédagogiques. De plus, des cours de mise à niveau pour les élèves ayant des difficultés dans certaines matières peuvent désormais se tenir après la journée d’école.

Avec l’éclairage solaire, l’école a pris une nouvelle dimension au sein des communautés. Elle n’est plus seulement uniquement dédiée aux écoliers et à leurs enseignants. Ainsi, en fin de la journée de classe, des adultes prennent le relais des enfants sur les bancs de l’école et viennent suivre des cours d’alphabétisation. L’école est également devenue un lieu où la communauté peut se réunir.

Le projet ALFA a donc une réelle plus-value reconnue par l’ensemble des bénéficiaires (élèves, enseignants et communautés). L’amélioration de la qualité des enseignements et des apprentissages est évidente. Le volet initiation à l’informatique constitue une motivation supplémentaire, aussi bien pour les élèves que pour leurs enseignants. Ils étaient nombreux à ne pas savoir démarrer un ordinateur., ils font aujourd’hui des recherches sur le net et les enseignants peuvent montrer des programmes éducatifs à leurs élèves à partir de l’ordinateur.

Mettre en oeuvre le projet ALFA coûte 6 000 € (soit environ 3 935 400 FCFA) pour équiper une école. Tout partenariat financier, bailleur ou donateur peut s’engager sur une ou plusieurs écoles.  Les principaux bailleurs du projet sont actuellement : la Fondation Club Med, ETHIK Investment, Dans le Noir et A Light For Africa. Les partenaires techniques sont Station Energy (Sénégal) et Village Solaire Africain.

ALFA au Bénin

Au Bénin, les écoles primaires publiques de Bokovi Tokomey A, de Hahamè (commune d’Adjarra), d’Ahovo A et de Kotan (commune d’Avrankou) sont bénéficiaires du projet. 12 salles de classe et les 4 directions d’écoles ont reçu les équipements solaires et informatiques.

« Je  suis très contente des lampes et de l’ordinateur. Avant quand il pleuvait, on ne voyait pas bien au tableau pour écrire les leçons et même pour faire la lecture. Maintenant, il y a tout le temps de la lumière. Nous faisons les exercices à l’école après la sortie des classes, avant de rentrer à la maison. En plus, je vais aussi apprendre à travailler sur l’ordinateur », témoigne Amidath, en CM2 à l’Ecole Primaire Publique de Hahamè.

L’électrification des salles de classe a contribué à améliorer les conditions de travail et a déjà un impact positif sur les résultats scolaires. Sur 84 élèves (dont 41 filles) présentés au Certificat d’Etudes Primaires (CEP) à la session de juin, 69 élèves (dont 33 filles) ont été admis, soit un taux de réussite de 82,14% (dont 47,82% pour les filles). Ces résultats montrent une amélioration de plus de 20%.

Les enseignants ont été formés à l’outil informatique et, à leur tour, ils initient les écoliers à la manipulation de l’ordinateur une heure par semaine. Pour le directeur, l’ordinateur facilite la gestion administrative de l’école (saisie des courriers, sauvegarde de documents etc.)

Enfin, le projet ALFA a également permis que des artisans locaux soient formés sur l’entretien et la maintenance du matériel solaire et informatique.

ALFA au Sénégal

Au  Sénégal, le projet ALFA a débuté en novembre 2017. Il a été mis en œuvre dans 7 écoles la région de Ziguinchor. 820 élèves et 40 enseignants en sont directement bénéficiaires. Avec l’éclairage solaire, les enseignants organisent désormais des cours de soutien scolaire au profit des élèves en difficulté. Par ailleurs, des cours d’alphabétisation sont dispensés aux adultes de la communauté.

ALFA au Burkina Faso

Au Burkina Faso, le projet a été expérimenté à l’école de Hornogo qui compte 6 classes, 284 élèves – dont 143 filles – et 8 enseignants. Grâce à l’énergie solaire, les enseignants organisent des cours de soutien pour les élèves de CM2 ayant des difficultés d’apprentissage notamment en français et en calcul. Du matériel scolaire (cahiers, stylos, craies, éponges, règle , équerre, compas et rapporteur grands formats) a également été fourni.

« Je m’appelle Mouniratou, j’ai 12 ans, je suis en CM2 à l’école de Hornogo. J’ai des difficultés en français et en problème (mathématiques). Notre maître nous aide en organisant des cours d’appui tous les mercredis soirs et samedis. Je suis contente d’y participer »

« Je m’appelle Chérif, je suis en CM2 à l’école de Hornogo. J’ai des difficultés en français et en problème (mathématiques). Je suis les cours de soutien. Je veux être plus fort »

 

Pour la journée internationale de l’éducation, mobilisez-vous avec Aide et Action !
Faites découvrir cet article à vos amis en le partageant avec eux ou soutenez par un don nos projets à travers le monde :

Je fais un don