Responsabiliser les enfants et leurs parents

Publié dans Actualités

Impliquer les enfants grâce aux gouvernements scolaires

Au-delà du soutien matériel, Aide et Action a surtout agi de manière à responsabiliser les élèves et la communauté. Pour cela, un gouvernement scolaire a été mis en place : il consiste à organiser les élèves en véritables gestionnaires de ministères, leur faisant endosser le rôle de président ou de ministre de l’hygiène ou de la sécurité, ce qui leur permet de s’investir concrètement dans le fonctionnement de leur école. Par ailleurs, un comité de gestion a également été instauré. Il permet aux parents d’élèves de prendre part à l’éducation de leurs enfants en participant activement à toutes les décisions liées à l’école. Résultat : depuis plusieurs années, cette école figure parmi les trois meilleures du département ! Une fierté pour sa communauté.

Nous avons compris que sans éducation, on ne peut rien faire, témoigne le chef de village et membre du comité de gestion. Pour qu’un pays progresse, il faut que ses enfants soient instruits. Nous le voyons autour de nous, les villages dépourvus d’intellectuels ont du retard. Les enfants qui ont suivi une scolarité peuvent s’investir dans la vie économique et même aider la communauté à mieux gérer ses ressources. C’est vraiment notre devoir de leur donner accès à l’éducation. »

Mais une sensibilisation de toute la famille

De la même façon, au sein du collège de Tobor, dans le département de Bignona, en Casamance, l’implication des parents est devenue exemplaire. Dans cet établissement, situé en zone rurale, où la plupart des adultes sont analphabètes, la communauté a très bien saisi l’importance d’une telle démarche.

Ce qu’il faut comprendre c’est que l’école n’est pas celle des élèves, mais c’est celle du village, de toute la communauté, souligne un parent d’élève. Une fois que cette génération sera partie, il faut que les bâtiments restent debout pour les suivantes. »

Cette réflexion fait suite à l’intervention d’Aide et Action qui, en partenariat avec l’Agence Française de Développement, va financer la reconstruction de plusieurs salles de classes actuellement situées dans des abris provisoires. Notre organisation veille également à assurer la maintenance et l’entretien des nouvelles infrastructures, en faisant, comme toujours, appel à la mobilisation sociale.

Une commission de suivi du chantier a été constituée par des parents et leurs enfants, afin de veiller au bon déroulement des travaux, mais pas que.

Nous savons qu’il existe certaines ressources qualifiées dans le village, comme des peintres ou des maçons, ils peuvent participer à certaines tâches, explique la directrice de l’école. C’est important pour tout le monde de bien comprendre l’intérêt et les enjeux du chantier. Nous aimons l’idée d’une complémentarité entre les professionnels et les habitants. »

Actuellement, les classes qui se situent sous des abris provisoires sont obligées de rester closes plusieurs semaines par an en raison de la saison des pluies, ce qui provoque un retard certain dans la scolarité des élèves. Grâce à ces aménagements, le collège pourra enfin accueillir les jeunes dans de bonnes conditions et ce, pour de bon.

Continuer le dossier web > Un boom précipité de l’investissement dans l’éducation

Retour au dossier web > Le Sénégal face à ses défis