Un système diversifié et inégal, inefficace face aux enjeux

Publié dans Actualités

Des enjeux pour le Sénégal

Dans son Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Équité et de la Transparence, le gouvernement du Sénégal décrit son ambition en matière d’éducation et de formation, de la manière suivante : « Un système d’éducation et de formation équitable, efficace, efficient, conforme aux exigences du développement économique et social, plus engagé dans la prise en charge des exclus, et fondé sur une gouvernance inclusive, une responsabilisation plus accrue des collectivités locales et des acteurs à la base. »

À travers ce dossier, nous avons constaté que la situation de l’éducation au Sénégal est en pleine mutation. Face à de nombreux obstacles (mauvais niveau, absence de débouchés, abandons, sureffectifs…), il reste beaucoup d’efforts à faire et de défis à relever.

Mais ce secteur bénéficie de plus en plus d’attention, de la part du gouvernement comme de la part de la population qui se mobilise chaque jour davantage pour garantir l’avenir de ses jeunes générations.

Selon moi, il n’y a pas lieu d’être fataliste, estime Alassane Niane, Inspecteur d’académie du département de Tambacounda. Les mentalités sont profondément en train d’évoluer et la population sent qu’elle est au cœur de la problématique de l’école. Nous sommes sur la bonne voie ; les chemins se tracent en marchant. »

Pour Aide et Action, le système éducatif sénégalais est caractérisé par sa diversité, ce qui cache de nombreuses disparités. L’accès à l’école a beau s’être largement amélioré, le sort des élèves, lui, n’évolue pas tellement. En fonction des régions, des académies entières sont lésées car leurs spécificités sont mal prises en compte.

Si l’effort est certain, celui-ci reste clairement à harmoniser et à intensifier, bien plus au niveau qualitatif que quantitatif. Parallèlement à l’investissement de l’État, la dynamique actuelle issue de la société civile nous apparaît comme un très bon indicateur de progrès, un indice porteur d’espoir.

Des enjeux à l’international

L’éducation fondamentale est définie dans l’article premier de la Déclaration mondiale sur l’Éducation pour Tous adoptée à Jomtien (Thaïlande) en 1990 :

Toute personne –  enfant, adolescent ou adulte –  doit pouvoir bénéficier d’une formation conçue pour répondre à ses besoins éducatifs fondamentaux. Ces besoins concernent aussi bien les outils d’apprentissage essentiels (lecture, écriture, expression orale, calcul, résolution de problèmes) que les contenus éducatifs fondamentaux (connaissances, aptitudes, valeurs, attitudes) dont l’être humain a besoin pour survivre, pour développer toutes ses facultés, pour vivre et travailler dans la dignité, pour participer pleinement au développement, pour améliorer la qualité de son existence, pour prendre des décisions éclairées et pour continuer à apprendre. »

Continuer le dossier web > Témoignage de Penda Baldé, enseignante à Kolda

Retour au dossier web > Le Sénégal face à ses défis