Nations Unies : l’avenir de l’éducation au programme ce mercredi


Alors que le Président Emmanuel Macron s’adressera aujourd’hui pour la première fois devant une centaine de chefs d’État réunis à New York dans l’espoir de réaffirmer le rôle de leader de la France sur la scène internationale, il participera demain à « Financer le futur : Education 2030 » (“Financing the Future: Education 2030”). Un meeting dédié à l’avenir de l’éducation dans le monde. Celui-ci se tiendra en marge de la 72ème Assemblée Générale des Nations Unies. Là aussi la France pourrait avoir un rôle décisif à jouer.

Crise Mondiale de l’Éducation pour Tous

Le monde fait en effet face à une grave crise en matière d’éducation. En 2015, plus de 190 chefs d’État, parmi lesquels la France, s’accordaient pour faire de l’éducation gratuite pour tous une réalité d’ici à 2030. Or, rien, ou presque n’a été fait depuis.

Les engagements ont été pris. Mais les actes, financiers en grande majorité, manquent encore à l’appel. Il manque aujourd’hui 39 milliards de dollars par an pour parvenir à l’éducation pour tous. Résultat : sans action immédiate, plus de la moitié de la jeune génération, soit 825 millions de jeunes sur 1.6 milliards, sera privée d’éducation en 2030. L’objectif d’une éducation gratuite pour tous ne sera alors atteint qu’avec un retard de 50 années.

La France doit porter la voix de l’éducation pour tous

Signe positif. Emmanuel Marcon a réaffirmé la semaine dernière lors d’une réunion en présence de nombreuses ONG françaises sa volonté d’augmenter la part de la France en matière d’aide publique au développement et de faire de l’éducation dans le monde une priorité.  Reste à espérer qu’il saura faire entendre sa voix sur la scène internationale et convaincre les autres leaders internationaux de la nécessité absolue d’augmenter à court-terme les budgets alloués à l’éducation dans le monde.

L’événement, à l’initiative de la Norvège, de la France et du Sénégal, est co-organisé par la Commission Education, le fonds l’Education ne peut pas attendre, le Partenariat Mondial pour l’Education, One, Malala, l’UNESCO et l’Unicef.