Accord mondial pour relever le défi de l’éducation pour tous


« Investir dans l’éducation est le moyen le plus rentable de stimuler le développement économique, d’améliorer les compétences et les opportunités pour les jeunes et de débloquer les progrès réalisés sur l’ensemble des 17 objectifs de développement durableLa conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation est notre première occasion de transformer l’engagement politique en un soutien tangible. Le financement de l’éducation est en effet le meilleur investissement que nous pouvons faire. » a déclaré Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies, lors d’une réunion de haut niveau sur le financement de l’éducation organisée à l’ONU, à laquelle étaient conviés plusieurs chefs d’État et de responsables de l’éducation dans le monde.

Les dirigeants internationaux s’engagent pour l’éducation

Lors de la conférence Financing the Future: Education 2030, les leaders internationaux se sont engagés à s’attaquer à la crise mondiale que traverse l’éducation. Emmanuel Macron a notamment annoncé sa décision de co-organiser, avec le Sénégal, la conférence de financement du Partenariat Mondial pour l’Education qui se déroulera à Dakar le 8 février 2018.

Une volonté politique, des engagements financiers

De nombreux autres engagements ont été pris, parmi lesquels:

  • L’Union européenne renforcera son soutien dans l’éducation en situation de crise en consacrant 8% de son budget humanitaire à l’éducation dans les situations d’urgence en 2018, budget bien au-delà de la moyenne mondiale de 3,6%.
  • L’Union européenne s’est engagée à verser 13.2 millions de dollars supplémentaires au fonds “L’éducation ne peut attendre”.
  • Le Danemark s’est engagé à contribuer à hauteur de 16.1 millions de dollars au fonds L’éducation ne peut attendre.
  • Le Fond Malala augmentera l’année prochaine son investissement de $3 millions pour les éducateurs et activistes locaux.
  • Le Partenariat mondial pour l’éducation s’est engagé à mobiliser davantage de ressources financières et de meilleure qualité, ainsi qu’à allouer et mettre à profit 2 milliards de dollars d’ici à 2020 pour soutenir 870 millions d’enfants dans 89 pays.
  • L’organisation Dubai Care s’est engagée à contribuer à hauteur de 500,000 de dollars au fonds “L’éducation ne peut attendre”.
  • La compagnie Hewlett-Packard (HP) comptera 1 000 000 d élèves d’ici 2020, grâce à son partenariat avec Intel permettant l’implantation de 1 700 écoles dans le Cloud. Elle étudiera également l’utilisation des technologies dans les pays affectés par la crise par le biais du fond “L’éducation ne peut attendre”.